Le Fonds vu par...

EnvoyerPDFImprimer

Barbara C., ancienne danseuse.

Ancienne danseuse chorégraphe, Barbara C., 35 ans, est aujourd’hui assistante de production. Elle a bénéficié en 2008/2009 du dispositif de reconversion des danseurs, et sa formation a été financée par le Fonds de professionnalisation et de solidarité. Rencontre.

Barbara a mis très tôt en pratique sa passion de la danse. A 10 ans, elle participe aux chorégraphies d’une émission télé pour enfants. A 18 ans, elle fait déjà partie de plusieurs groupes hip-hop et court de festival en festival. Creusant son sillon dans la musique de variété, elle tourne dans de nombreux clips et enchaîne les contrats. Mais aux alentours de la trentaine, lorsqu’elle a son premier, puis son second enfant, les interruptions liées à ses congés maternité mettent un coup de frein à sa carrière de danseuse.

Comment vous est venue l’idée de vous réorienter vers le métier d’assistante de production ?

Quelques années auparavant, j’avais eu l’occasion de participer à un pilote d’une émission musicale pour la télé, mais derrière la caméra cette fois, en tant que co-directrice artistique, et cela m’avait beaucoup plu. Lorsque mes contrats se sont espacés et que j’ai commencé à réfléchir à une réorientation ou à une reconversion, j’ai repensé spontanément à cet épisode de ma vie professionnelle.

Comment avez-vous procédé à ce moment-là, quelles démarches avez-vous entreprises ?

J’avais reçu un courrier de l’Afdas qui présentait le dispositif de reconversion des danseurs. Je me suis au départ renseignée sur Internet, et de clic en clic, j’ai trouvé une formation d’assistante et de production cinéma et audiovisuel qui me semblait très intéressante. Tout en prenant contact avec le centre qui dispensait cette formation, j’ai effectué une demande de CIF (congé individuel formation) auprès de l’Afdas. Mais il s’est avéré que je ne remplissais pas les conditions qui permettent la constitution immédiate du dossier : sur les deux ans qui précèdent la formation, je n’avais pas réalisé assez de cachets. Mais l’Afdas m’a indiqué qu’il était possible de prendre en compte les 5 dernières années et notamment mes congés maternité. En parallèle, il fallait que je passe un entretien avec un consultant du Groupe Audiens.

Quel était le but de cet entretien ?

Cet entretien a servi à valider mon projet professionnel. Au préalable, j’ai eu tout un dossier à remplir, qui contenait notamment des questions sur le métier que je voulais exercer. J’ai donc dû faire des recherches, ce qui est très instructif. Au terme de cet entretien, au cours duquel j’ai bien expliqué ce que je voulais faire, ma demande a été validée. Ma formation, qui a duré 6 mois, a été entièrement financée et j’ai bénéficié d’un revenu de substitution durant cette période.

Au final, comment avez-vous vécu votre reconversion ?

Lorsque les contrats se raréfient, se remettre en question n’est évidemment pas facile. Mais je commençais également à me dire que j’avais fait le tour du milieu de la danse et que j’avais envie d’autre chose. Reste que ce n’est pas évident de changer de vie : lorsque j’étais danseuse, je voyageais souvent, je n’avais pas d’horaires de bureau… La conseillère du Fonds de professionnalisation et de solidarité, que j’ai eu plusieurs fois au téléphone, m’a beaucoup aidée avant ma formation, en étant à mon écoute et en me donnant des conseils. Dans cette période de transition, je me suis sentie bien entourée.

Comment avez-vous trouvé votre poste actuel et comment vous sentez-vous dans ce nouveau travail ?

J’ai terminé ma formation fin mars. Puis, à la rentrée de septembre, un ami m’a présenté à l’équipe d’une boîte de production avec laquelle il travaillait. Je me suis bien entendue avec cette équipe et ai effectué de petites missions pour elle. Tout cela a finalement porté ses fruits en décembre : auprès de cette boîte de production, j’ai décroché un premier CDD de 3 mois, puis un second de 6 mois, dont j’espère qu’il va déboucher sur un CDI. C’est en bonne voie, mais l’entreprise est une petite structure, cela va donc dépendre de l’évolution des projets en cours...

Voir tous les témoignages +